The Virtual Museum

En 1991, je travaillais chez Apple, au groupe développeurs, et je m’occupais du support d’HyperCard. QuickTime venait d’être lancé, et HyperCard était une façon simple et élégante d’intégrer des séquences vidéos dans un document. J’allais fréquemment aux états-unis, et j’étais en contact avec l’équipe d’ingénieurs qui concevaient QuickTime. Les conférences données à la WWDC (worldwide developers conference) attiraient beaucoup de monde, à la fois par le côté innovateur de la technologie, et par l’humour et le charisme de certains membres de l’équipe. L’idée de réaliser the virtual museum, le musée virtuel, est née à cette époque, initiée par Eric Hoffert et Gavin Miller. Le projet était de créer une sorte de cabinet de curiosités, concept né à l’époque de la renaissance, mais revu par les ingénieurs d’Apple, et transformé en musée virtuel interactif sur CD-Rom, où les visiteurs naviguent de pièce en pièce, et consultent à leur gré des vidéos, des animations ou des images 3D, sur des thèmes éducatifs ou encyclopédiques, comme l’astronomie, l’environnement, la médecine ou la botanique.

Virtual Museum

Je me rappelle de plusieurs de ces animations, complètement incroyables, et techniquement magnifiques, comme celle de la projection d’une image sur une sphère, permettant de simuler par exemple un globe terrestre, rendu interactif. QuickTime VR n’existait pas encore, mais ce CD-Rom préfigurait déjà ces idées nouvelles, par la construction de pièces dans lesquelles on pouvait naviguer, et qui donnaient l’illusion de déplacements. Ce n’était que des séquences vidéos, liées par des transitions, et manipulées par des scripts HyperCard. Une autre animation montrait le survol de la planète Mars, en 10 images par seconde, mais sur les écrans de l’époque, cela faisait rêver.

mars

L’équipe développeurs d’Apple France était dédiée au support, et comportait à cette époque une demi-douzaine d’ingénieurs, réunis dans le groupe Marketing. La France était le pays où Apple réussissait le mieux après les états-unis, et nous avions mis en place les JDD, ou journées du développement, qui reprenaient pour les développeurs français les conférences données en anglais à la WWDC. Lorsque nous avons appris que le projet était lancé, nous avons proposé d’en faire une version en français. Je me suis donc attelé à la tâche d’adaptation et de traduction des piles HyperCard qui composaient ce CD-Rom, avec Jean-Éric, qui venait de rejoindre le groupe, et travaillait sur QuickTime à cette époque. L’objectif était d’intégrer la version française sur le CD-Rom qui allait être diffusé aux USA, et le proposer en France pour la conférence développeurs qui se tenait en juin 1992, au Casino de Deauville.

C’est d’ailleurs pendant cette conférence que j’ai eu le plaisir de pasticher un des clips les plus emblématiques d’Apple, le Knowledge Navigator, mise en scène futuriste de l’utilisation des ordinateurs, avec écrans tactiles, visioconférences, reconnaissance et synthèse vocales, et la notion d’un « agent », avatar destiné à aider l’utilisateur dans ses tâches. Celui-ci, nommé Bruce, était doté d’un nœud papillon, et s’adressait à l’utilisateur pour lui rappeler ce qu’il avait à faire. Je m’étais amusé à simuler cet avatar, filmé en coulisses, mon image étant insérée dans l’écran servant à faire les démonstrations de ces technologies.

iBruce

Publié dans Apple, Images Tagués avec : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire