Bernard Mélois

Pendant les journées du patrimoine, en visitant les ateliers d’artistes d’une petite ville -la Ferté Milon, patrie de Jean Racine-  j’ai eu la surprise de découvrir et le plaisir de rencontrer Bernard Mélois, sculpteur incroyable, qui construit ses œuvres depuis plus de quarante ans dans l’étable d’une ancienne ferme, à deux pas des ruines du château.

autoportrait Bernard Mélois

Ci-dessus, voici l’autoportrait de l’artiste, avec ses scottish terriers, très joueurs. Tout est façonné à partir d’objets en tôle émaillée, récupérés dans les décharges, brocantes, et autres vide-greniers. Derrière lui, on aperçoit un cirque improbable, avec ses clowns, ses équilibristes, ses jongleurs. Chaque sculpture est une sorte de puzzle, fait de pièces de métal découpées et assemblées, dont chacune garde sa forme initiale et sa couleur.

cirque Bernard Mélois

Mais c’est à l’intérieur de l’atelier qu’on tombe de surprise en surprise. D’abord, un grand capharnaüm où se mêlent outils, affiches, dessins, objets divers, dans un grand désordre (l’atelier avait été rangé pour cette occasion). Visiblement ici, rien ne se jette, rien ne se perd, tout se transforme, en secret.

now future Bernard Mélois

Pour les formes, il garde les courbes des objets découpés, et les assemble tels quels : le dos d’un chat est ainsi repris d’un cylindre de tôle, les inscriptions publicitaires ou informatives des plaques émaillées restent lisibles, ce qui ajoute de l’étrangeté et de l’humour au résultat.

atelier Bernard Mélois

Au dessus d’un établi, il nous montre ses nuanciers de couleurs d’émaux, avec toutes les variations de blancs (pots de chambre, cuisinières), de bleus (seaux hygiéniques), de rouges et bruns (casseroles et marmites), sans oublier le métal argenté (cylindres de machines à laver).  Cela m’a fait penser à Raymond Isidore, dit Picassiette, qui ramassait les morceaux de verre et de porcelaine, pour remplir sa maison de mosaiques.

urinoir Bernard Mélois

Pour l’inspiration, en dehors des animaux et du cirque, c’est aussi d’une grande variété : la statue de la liberté, Picasso peignant sur une vitre, un messager tiré d’une peinture de Jérôme Bosch, un christ sans croix… On ressort de là éblouis et émerveillés. Si vous avez l’occasion de voir une de ses expositions, n’hésitez pas, c’est un vrai bonheur. Et sur son site internet, vous verrez des animations de certaines de ses sculptures, qui en montrent la structure et le montage.

panodedans

Tagués avec : , , , , , ,

Laisser un commentaire