Don Martin

Pour les amateurs, la bande dessinée américaine est surtout connue pour les Comics, avec les éditions Marvels, célèbre pour les super-héros, tel Superman, ou Batman, apparus dans les années 1940, et qui ont été ensuite portés à l’écran. Les séries policières, telles que le Spirit, de Will Eisner, on également rencontré le succès, ainsi que les comics d’horreur comme Tales from the Crypt, avec vampires, morts-vivants, zombies et autres loups-garous. Mais dans les années 50, la censure américaine, avec le CCA (Comics Code Authority), donne un coup de frein sur la diffusion de cette littérature, qui perturbe les teen-agers et provoque la délinquance juvénile : donc, dorénavant, pas de violence, pas de sexe, et le bien doit toujours triompher du mal.

Madhk1

Une seule parution échappe à la censure, du fait du choix de son format, (ce n’est pas un comics, mais un magazine) et de son utilisation de la dérision : Mad (initialement Tales calculated to drive you mad, créée et dirigée par Harvey Kurtzman, pour les éditions EC Comics. Accompagné de Jack Davis, Wallace Wood et Bill Elder, il parodie allègrement l’Amérique et ses travers. Et en 1956, ils sont rejoints par Don Martin, grand maître de l’absurde et de l’onomatopée. En dehors de l’exagération des traits, les personnages de Don Martin ont une caractéristique : la position des mains et des pieds, reconnaissable au premier coup d’oeil. Angle droit du poignet, bout du pied plié, postures clownesques.

DonMartin-3DonMartin-1DonMartin-9

DonMartin-7DonMartin-5DonMartin-6

Don Martin a créé un univers sonore tout à fait unique dans la bande dessinée. Deux exemples ci-dessous, le premier, véritable manifeste pour les générations futures, montre comment les sons doivent être correctement épelés dans les bandes dessinées. Et le second, un de mes favoris, pour un moment inoubliable de la vie de bureau (cliquez pour les voir en grande taille).

digit

DonMartinOffice

La BD dite « underground » des années 60 s’est affranchie de la censure, et a ouvert la voie à quelques grands créateurs états-uniens, comme Ronald Crumb (qui vit maintenant dans le midi de la France) ou Gilbert Shelton, le père des Freaks Brothers et du chat de Fat Freddy, ou encore Richard Corben, dans le genre fantastique. Mais je garde une pensée émue pour Don Martin, qui nous a quitté en 2000.

Tagués avec : , , , ,